Mai/Juin 2008 - Editorial

PENTECÔTE
Le Saint-Esprit 

 

   

La fête de Pentecôte ne connaît pas tout le folklore qui entoure Noël ou Pâques.


De ce fait, elle passe un peu inaperçue. Un peu comme les semailles qui sont invisibles dans le champ labouré. Comme les semailles, la Pentecôte est pourtant un événement de la toute première importance. L’Esprit Saint qui a fait naître Jésus, qui l’a conduit dans son œuvre, luttant contre le Mal sous toutes ses formes jusqu’à la mort, est donné et répandu à la surface du monde, comme semence du Royaume à venir.

 

Nous ne sommes pas seuls. La présence invisible mais réelle de Dieu se rapproche de nous. Il se fait tellement proche qu’il réside en nous. C’est l’Esprit Saint (= Esprit de Dieu) qui nous permet de croire, d’espérer et d’aimer. C’est « un esprit de force, d’amour et de sagesse »  (2 Tim 1,7). Il nous permet de croire au salut complet et au pardon parfait, il nous donne de considérer Dieu comme un Père juste et bon et de lui rendre le culte véritable en « esprit et en vérité ». C’est le Saint-Esprit qui nous permet de lire les Ecritures pour y trouver la nourriture dont nous avons besoin et dont le monde a besoin que nous lui donnions. Car nous sommes dans ce monde avec une mission à la fois spirituelle et concrète : pour y témoigner dans toutes les sphères de l’existence, de la beauté, de la lumière, et de la joie du royaume de Dieu. Au milieu des larmes et de la complexité du monde, cette tâche ne serait pas désirable, elle serait aussi au-dessus de nos forces sans le secours efficace du Saint-Esprit.

 

Votre pasteur,

Pascal Geoffroy.